• Vous allez rire

    Bon. Comme je ne sais pas si je peux mentionner les prénoms des mes amies qui étaient avec moi, je vais les appeler par leurs surnoms : Ma Nana, ma Fafa, et ma Lolo! :3

    Je vous explique le concept. Nous avions eu un mot indiquant qu'une "petite intrusion UN PEU violente" allait avoir lieu. Donc on s'imaginait pas du tout ce qui allait se passer. Mais on savait que des terroriste - des faux - allaient entrer, armés certainement à blanc.

    Nous étions en allemand, moi à côté de ma Nana. Juste après, notre professeur d'allemand me demande d'aller chercher des feutres parce que les siens ne marche plus chez la secrétaire. Et Nana propose de m'accompagner car nous étions entrer dans l'horaire où le "terroriste" - un faux, hein? - allait entrer. Donc j'étais pas seule. Une fois dans les couloirs, je me retourne, et observe le type au gilet jaune : le terroriste. Avec arme blanche, et tout quoi. J'ai pas fait la maligne. J'ai attrapé la main de Nana et nous sommes parties nous cacher sur les poutres caché derrière les paniers de basket - car il faut traverser le gymnase pour faire le trajet classe d'allemand / secrétariat. Mais on ne pouvait pas rester là longtemps, tout allait se briser sous notre poids. Le terroriste part donc ensuite sans nous voir. Je saute la première, me casse la gueule sur le tapis que je fais tomber dans un fracas horrible, mais personne en vue. Nana saute donc sur le tapis, que l'on remet ensuite en place.

    Puis l'on se sauve dans le bâtiment A. Il fallait que l'on rentre dans une classe pour nous protéger. Mais aucune classe n'ouvre. Bien sûr, le mot de passe étant "Vanoise", et que nous le savions pas encore, personne n'ouvrait la porte de peur que nous étions certainement auprès du terroriste.

    Doooonc avec Nana ou va voir en bâtiment B si quelqu'un veut bien nous ouvrir. Et dans le bâtiment B, il y a la salle B20. La classe de mathématiques, avec le professeur Mugner. Et mon petit frère à l'intérieur. Et le plus marrant, c'est que Perret, le CPE, était pris en otage dans les bras du terroriste qui frappait à la porte en hurlant "POLICE!! OUVREZ!!" et Perret derrière, avec une voix mielleuse qui faisait "Mugner, Mugner, ouvrez la porte!"

    Putain, je l'aurais buté. Je sais que même s'il hurle à Mugner que c'est un piège, tout le monde allait mourir. Car il y avait plein d'otages, rien qu'en vie scolaire ou dans la salle de musique qui est trop exposée. Mais bref. Il les a vendu, ce traitre de CPE. Nous, cachés sous l'escalier, on les entend alors tous hurler de peur lorsque survint le terroriste dans leur classe. Puis on a entendu le terroriste et Perret en otage sortir de la classe. Ils allaient certainement dans la classe de Mme Gallioz, la professeur de français. Sauf que la porte est juste à côté des escaliers. Ni une ni deux, on part dans les conduits en-dessous du collège. Parce que sous les escaliers, il y a toujours un passage pour que Pascal accède aux conduits. Des conduits énormes, hein? Pas des petits trucs où l'on rampe! Donc on se dépêche très vite - avant qu'il ne descende les escaliers sinon c'est mort - et on remet la plaque en plastique par dessus notre tête. Sauf que maladroites comme on est, bah on se casse la gueule en bas, MAIS on évite d'hurler. On était genre super effrayées. Mais on a pas le droit d'être dans les conduits, donc on s'en va doucement. Je me suis fait un beau bleu sur le bras gauche, deux même, mais le deuxième est un peu petit.

    Bref! Donc on atterri dans le bâtiment C. Même topo, on essaye d'entrer avant qu'il ne revienne. Et là, c'est la panique. Je découvre Fafa et Lolo -des surnoms de mes amies - dans le même état, mais elles c'était parce que Fanny venait de faire une crise, et qu'elle pleurait, et qu'elle devait normalement aller voir l'infirmier, mais tout est fermé à cause de l'alarme. Ni une ni deux, on retourne dans les conduits, avec elles. Et on atterri cette fois-ci dans la pièce où l'on stocke le gaz pour les salle de sciences. La pièce qui te fait jouer à la roulette russe si une balle partait, quoi. Nous étions chacune cachés derrière des bouteilles de gaz. Et nous n'étions pas seules. Il y avait Pascal, donc. Mais le terroriste mit longtemps à venir. La porte avait bien une serrure, mais Perret avait les clés, donc la porte fut vite ouverte. Le terroriste entra avec lui à l'intérieur. Mais on avait réussit à bien se cacher. Les bouteilles sont grandes, quand même. Donc on tournait autour, puis j'attrape la main de Lolo qui attrape celle de ma Nana qui attrape celle de Fafa. Et on se tire. Pascal pouvait bien mourir, je m'en foutais. Et on retourne dans les conduits parce qu'on a que ça à foutre. J'étais tellement stressée à l'idée de perdre le jeu que j'y croyais, je ne voulais pas mourir, et puis quitte à retrouver notre vieille cabane faite en sixième, c'est génial. Chose que l'on fait. Juste en dessous de la vie scolaire, il y avait un petit amas de couverture et de paquet de gâteaux périmés et oubliés par le temps. Cette scène nostalgique, je ne l'oublierai jamais. Mais bref. J'enlace Fafa dans une couverture pour l'aider à se calmer, tandis que Nana fait la garde et que Lolo est incapable d'articuler. Tout le monde se prêtais tellement au jeu, que s'en était vraiment... Vrai, finalement. La peur et l'horreur parfumait l'air.

    Mais on avait pas dû être assez rapide. On entend rapidement les pas du terroriste. Alors nous, on sort par en haut et on atterri dans la vie scolaire. Pour l'empêcher de monter, on déplace le bureau sur la plaque. Une seconde en moins, et c'était fini. Mais on y arrive. Puis on sort, maintenant, on était trop rôdé pour rester là. Eeeet me vient l'idée du siècle. Il y a une salle d'arts plastiques oubliées dans laquelle on entasse des décors de théâtre, des costumes, et tout un tas de trucs. On y va rapidement, de toute façon elle n'avait pas de serrure donc on pouvait entrer et venir comme on veut. J'enfile à Fafa une tenu, puis à Nana et à Lolo. On ressemblait sûrement à des statues. Chacune dans un coin de la pièce, lorsque le terroriste vint - après de looooongues minutes - on osait plus bouger. Et on fut sauvées ainsi.

    Fin de l'intrusion UN PEU violente : 18 h 24. Je n'oublierai jamais ce jeu plutôt stressant.

    Tout ce que j'ai appris en sport : endurance, escalade et gym m'ont servi. Si EN PLUS j'ai pas une bonne note ni une médaille pour avoir sauvé mes camarades, je hurle.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:12

    Wooooow ! C'est vraiment dingue ce que ton école vous fait faire !

    En tout cas félicitation tu as bien géré ! :D

    2
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:15

    Je pense qu'écrire tout le temps la fuite de mes personnages face à une situation inconfortable m'aide à faire le point sur la situation. Et puis comme je suis toujours autant obligée de réfléchir à tout à 100 à l'heure pour garantir la sécurité des autres et la mienne, je suis un peu une leader aguerrie... ^^"

    3
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:19

    oh putain, moi qui suis nulle en sport, j'aurais flippé ^^" mais par contre, si on me compare à mes "amies', j'aurais été la seule à pas pleurer quand je me serais vautrée ._.

    4
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:21

    J'en avais marre, moi! Je râlais parce que j'étais la seule à trouver des idées! XD

    5
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:25

    j'aurais adoré être avec toi n'empêche, et puis j'aurais trouvé des idées avec toi parce que je passe mon temps à réfléchir à tous les moyens de me barrer de partout ._. (vieille habitude vu que j'ai toujours besoin de savoir comment m'enfuir ._. ^^" )

    6
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:28

    Ca aurait été très amusant, en effet! XD

    7
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:37

    j'ai toujours rêvé de faire des jeux de rôles irl #horssujet

    8
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:44

    J'en fais beaucoup au collège. Mais tu le sais déjà. Un jour, quand on se verra, je vous emmènerai dans un endroit où l'on pourra jouer aux RPG's comme on veut!

    9
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:46

    viiiiii *^*

    10
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:47
    11
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:50

    *câlin* ze te nem grande soeur !

    12
    Jeudi 9 Juin 2016 à 20:52

    *câlin* Je t'aime aussi, petite sœur.

    13
    Vendredi 10 Juin 2016 à 07:01

    tiens ? on as jamais eu ça comme entrainement anti-terroristes....on devait juste changer de salle et calfeutrer toutes les fenêtres et portes et puis se taire pendant une heure....- -"

    14
    Vendredi 10 Juin 2016 à 07:15

    Notre collège risquait en fait de fermer car, en cas d'attaque il y avait trop de points de sortie et d'entrée donc ils ont lis le paquet. Chaque porte ouverte par le faux terroriste équivaut à une salle de classe morte. On évalue les dégâts, plus il y a de classes mortes, plus le risque de fermer le collège devient grand.

    15
    Vendredi 10 Juin 2016 à 17:26

    aie....et il en a eu combien ?

    16
    Vendredi 10 Juin 2016 à 17:47

    De classe déclaré mortes? Il y avait celle de mon frère, aucune classe de quatrième même s'il a failli, aucune classe d'étude, 3 classe de cinquième et une classe de troisième, plus la vie scolaire, le secrétariat, l'aquarium, la salle de théâtre et celle de musique... donc 10 salles touchées. Mais je m'en branle. Je suis sûre de rester vivante.

    Cléo : Il aurait pu vous buter à bout portant... -_-"

    17
    Vendredi 10 Juin 2016 à 17:58

    Géoky:ah ouais quand même...0.0

    Cléo:t'exagère un peu...

    18
    Vendredi 10 Juin 2016 à 18:06

    Et ouais. '-'

    Cléo: Pas du tout! S'il avait eu une arme à feu, une vraie, il aurait buté les quatre filles comme des quilles.

    Trop gentil. -_-

    19
    Vendredi 10 Juin 2016 à 18:09

    Cleo tu as beaucoup trop d'imagination ! pourquoi aurais-t-il une vrai arme ?

    20
    Vendredi 10 Juin 2016 à 18:12

    Cléo: Imagine cela aurait été un vrai terroriste, et que le test n'en était pas un. Que PERSONNE ne savais qu'il y allait avoir un terroriste, comme si tout le monde pensait que ça allait encore être une journée banale. Et que si elles avaient fait le même parcours, elles seraient mortes. Et c'est dommage parce qu'elles ont commis pleins d'erreurs permettant leurs suppressions correctes de ce monde. Et toc.

    21
    Vendredi 10 Juin 2016 à 18:28

    mouais....- -"

    22
    Vendredi 10 Juin 2016 à 21:14

    C'est juste énorme !

    23
    Vendredi 10 Juin 2016 à 21:25

    Merci! XD

    24
    Vendredi 10 Juin 2016 à 22:30

    Ca me saoule !! >.< Tu es la deuxième personne qui dit que dans leur établissement, il y a eut une simulation terroriste (terrorist simulator !! le nouveau jeu :p) !! Moi aussi, je veux une simulation terroriste *^*

    En plus de ça, j'ai regardé Mirai Nikki, lu Assassination Classroom, fait du judo, je suis au taqué sur comment on peut tuer ou être tuée *^* Plus qu'à jouer à Yandere simulator et faire l'armée, et je serais presque sûre d'être vivante en cas qu'attaque terroriste !! (j'espère sûrement un peu trop XD)

    25
    Vendredi 10 Juin 2016 à 22:37

    Ah? Bah peut-être pour vérifier ou entrainer les gens à réagir en cas d'attaque. Je suis sûre que s'ils nous ont laissé sortir, c'était pour voir comment des élèves seules se débrouillaient dans le collège sans être dans des classes. Visiblement, on est vivantes. ._.

    Mon père est militaire, je sais comment tuer quelqu'un et faire passer le crime pour un suicide, donc je suis plutôt bonne à se jeu.

    26
    Samedi 11 Juin 2016 à 00:22

     Oh je t'aime toi ♥

    27
    Samedi 11 Juin 2016 à 04:26

    XD Merci! ~ ♥

    28
    Samedi 11 Juin 2016 à 10:27

    Donc, en cas d'attaque terroriste, tu es rodée !! XD C'est le principal ^^

    29
    Samedi 11 Juin 2016 à 10:53

    C'est le principal que je sois rodé pour me faire buter? ;^;

    30
    Samedi 11 Juin 2016 à 10:54

    ben non, pour t'échapper 8D #IncrusteMaster

    31
    Samedi 11 Juin 2016 à 10:59

    Oui mais si je suis rodée, je me fais buter. C'est le principe de l'intrusion violente. .3.

    32
    Samedi 11 Juin 2016 à 11:08
    33
    Samedi 11 Juin 2016 à 11:23

    Quand on dit que quelqu'un est rodé pour quelque chose, ça veut dire qu'il sait comment s'y prendre pour réussir, qu'il s'est adapté quoi

    Donc si tu es rodée pour une attaque terroriste, c'est que tu vas t'y adapter et réussir à survivre

    34
    Samedi 11 Juin 2016 à 11:43

    En Savoie, quand on dit "être rôdé", ça veut dire qu'on a été découvert. Comme au "Devine Qui" ou "cache-cache". Quand tu es rôdé, tu es trouvé.

    35
    Samedi 11 Juin 2016 à 12:03
    36
    Samedi 11 Juin 2016 à 15:55

    Ah~ d'accord, et bien là ou je vis (et pour le reste de la France, je n'en sais rien), se roder ou être rodé, c'est avoir pris l'habitude, s'être adapté, être prêt.

    37
    Samedi 11 Juin 2016 à 16:17

    Je connais le verbe roder, tourner autour, et être rodé, pris en flague quoi. ._.

    38
    Samedi 11 Juin 2016 à 16:52

    être rodé, chez moi, à Lyon, ça veut y dire qu'on y est prêt. u_u (oui, on y parle bizarre à Lyon, on y fout des y de partout ! ^^ )

    39
    Samedi 11 Juin 2016 à 17:17

    Alors, d'après le dictionnaire Larousse, édition 2009, nous avons

    Roder v.t. (lat. rodere, ronger). 1. MECAN. INDUSTR. Soumettre une surface au rodage. 2. Utiliser un appareil, un véhicule dans les conditions voulues par le rodage. 3. Fig. Mettre progressivement au point, rendre efficace par des essais répétés. Roder une équipe, une méthode de travail, un spectacle.

    Roder v.i. (lat. rotar, tourner). Errer, traîner çà et là, souvent avec de mauvaises intentions.

    Conclusion, en Savoie, ils ont donné une troisième signification au mot.

    De toute manière, d'une région à une autre, la langue française change. Il suffit de voir le légendaire débat pain au chocolat et chocolatine pour constater que le langage en France n'est pas homogène. D'ailleurs, dans certains endroits, cette viennoiserie se nomme petit pain, petit pain au chocolat ou encore croissant au chocolat. Mais seules deux appellations sont sortis du lot.

     

    Quand on regarde bien, tu places surtout les y devant les verbes (je suis chieuse XD)

    Du coup, pour ce qui est de ma région (qui fait désormais parti du Grand Est), nous avons goyer ou goiller, qui signifie jouer avec l'eau. Vous voyez les enfants qui jouent avec l'eau quand quelqu'un à renverser son verre sur la table ? Et bien goyer/goiller, c'est ça. Il existe aussi paluche et doille (respectivement main et orteils) et "nareux", un mot typiquement Champagne-Ardennais qui signifie ne pas aimer manger ou boire après quelqu'un ou ne pas aimer la saleté.

    Voilà, comme ça, nous aurons découvert la magnifique variété de la langue française XD

    40
    Samedi 11 Juin 2016 à 17:20

    on y met partout où on peut u_u 8D

    on utilise paluche, menottes, quenottes, pour les mains aussi ^^

    et encore, sur ma colline (une des collines de Lyon), on dit les gones pour les enfants, etc... ^^"

    41
    Samedi 11 Juin 2016 à 18:33

    (Pour goyer/goiller/gauiller/gauyer, l'orthographe n'existe pas, c'est magnifique >.>

    Je connais quenottes mais pour les dents, par contre :D

    Dabs une région du centre de la France, il me semble qu'ils doublent la fin des mots et dans les Ardennes, les sons é et è sont inversés.

    42
    Samedi 11 Juin 2016 à 18:41
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :